);

Suite au Brexit, la néobanque N26 quitte le Royaume-Uni

Suite au Brexit, la néobanque N26 quitte le Royaume-Uni

Fondée en 2013 et basée à Berlin, la néobanque N26 a su séduire près de 5 millions de clients en Europe. Cependant, la fintech allemande va devoir faire marche-arrière sur le marché britannique suite au Brexit. En effet, elle a déclaré ne plus pouvoir poursuivre ses activités au Royaume-Uni avec sa licence bancaire européenne. Une obligation plus qu’un souhait donc pour la néobanque qui demande aujourd’hui à ses clients britanniques de prendre leurs dispositions pour transférer leur argent vers un compte d’une autre banque.

N26 quitte le marché britannique

“Nous ne pourrons plus opérer normalement au Royaume-Uni avec notre licence bancaire européenne” ont déclaré les cofondateurs de la néobanque allemande. Suite au Brexit, les accords commerciaux et économiques vont changer et ne permettront plus à la néobanque de proposer le même service à leurs clients britanniques.

Pour cette raison, “les clients recevront sous peu un avis de résiliation officiel” par la banque. La date de clôture des comptes a été fixée au 15 avril 2020. Jusqu’à cette date, l’argent présent sur ces comptes continuera à être protégé. Passée la date limite, les clients retardataires pourront toujours retirer leur argent mais devront passer par une page internet spécifique. Pour simplifier la procédure, N26 recommande donc à ses clients britanniques de réaliser le transfert de leur argent avant la date limite.

Quelles perspectives pour la néobanque ?

Ce retrait du marché britannique est un coup dur pour N26 qui affichait un bilan positif au Royaume-Uni avec plus d’un millier de nouveaux clients chaque jour. Les cofondateurs de la fintech allemande souhaitent aujourd’hui remercier leurs clients britanniques mais sont contraints de se retirer de ce marché pourtant porteur.

Malgré ce retrait, N26 souhaite continuer ses efforts, notamment sur le continent européen : “Nous continuerons naturellement de nous concentrer sur notre croissance dans l’Union européenne”. Sur l’ensemble du continent, la néobanque revendique 5 millions de clients (dont un million en France). Pour continuer son développement, N26 affiche ses ambitions et s’est notamment lancé à l’assaut du marché américain qui dispose d’un “potentiel énorme” selon les dirigeants de la néobanque allemande. Si le Brexit représente un coup d’arrêt pour N26, la néobanque ne souhaite donc pas s’arrêter là et va continuer à développer son service et à s’exporter. La concurrence sur le marché de la banque digitale n’est donc pas prête de s’arrêter.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.