);

ING : bientôt un système pour les cryptomonnaies

ING : bientôt un système pour les cryptomonnaies

Alors que certaines banques font le choix de s’opposer aux mouvements bancaires vers ou depuis les plateformes d’échanges, ING a décidé de s’intéresser de près à cette nouvelle monnaie digitale. Malgré les controverses et le caractère encore instable des cryptomonnaies et notamment du bitcoin, la banque néerlandaise mise aujourd’hui sur cette monnaie qui représente un nouveau marché d’avenir selon la banque. Tour d’horizon de l’avenir existant entre les banques et les cryptomonnaies.

ING : objectifs et projets en cours

Apparue il y a une vingtaine d’années, la cryptomonnaie est vue par certains comme le moyen de paiement de l’avenir. Selon ING, ce nouveau type de monnaie représente une véritable opportunité pour l’avenir. De ce fait, la banque néerlandaise travaille actuellement sur un système de sécurisation pour conserver les actifs numériques. Selon l’agence Reuters, “ING voit des opportunités croissantes en ce qui concerne les actifs numériques avec les jetons de sécurité et ceux adossés à des actifs natifs. ING est particulièrement concentré sur le développement de la technologie derrière les actifs numériques pour donner à ses clients un moyen conforme d’accéder au secteur émergent”.

Une spécialiste chez ING, Jessica Exton, confirme également ce projet et l’intérêt porté à cette nouvelle monnaie : “La crypto-monnaie est un investissement encore abstrait pour beaucoup, mais il semble avoir un intérêt plus prononcé que certains le suggèrent. Selon notre enquête, le nombre de possesseurs de crypto-monnaies pourrait doubler à l’avenir”. En s’intéressant aux positions des différents établissements du marché bancaire, on note qu’ING est encore une exception.

Positionnement des banques “traditionnelles” et des néobanques

Le sujet des cryptomonnaies fait débat et ces différences de position se retrouvent sur le marché bancaire avec une véritable différence entre les banques “traditionnelles” et les néobanques. En effet, l’organisme de défense des droits des usagers de la cryptomonnaie, AssoCryptoFR, a réalisé une étude pour s’intéresser aux différentes positions vis-à-vis de la cryptomonnaie en fonction des banques. Les conclusions de l’étude mettent notamment en évidence que les banques dites “traditionnelles” sont les plus frileuses et leurs clients rencontrent d’importantes difficultés pour réaliser des opérations vers ou depuis les plateformes d’échanges.

A l’inverse, les néobanques comme N26 ou Revolut, apparaissent comme plus enclines à accepter les investissements dans la cryptomonnaie. Une position qui semble logique du fait que ces banques sont les acteurs innovants du marché. A l’instar de ces banques digitales, d’autres banques comme ING prennent le pari de la cryptomonnaie.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.